AEMK - Associação Estavam e Maria Kovacsik

  • A+
  • a-
  • Back


Pour en savoir un peu plus sur l’histoire
d’Estevam et sa méthode

ESTEVAM

Estevam est né d’une famille paysanne en 1903, à Varzal (Varzari), village tranquille de la province de Bihar (Bihor), appartenant à l’ancien empire austro-hongrois. Ses parents s’appelaient Martin Kovacsik et Ana Karasek.

À l’âge de sept ans, il déménagea dans la province de Silagy, où le mode de vie de la famille ne subit pas de grands changements. À l’âge de 21 ans, il émigra vers le Brésil avec sa famille. Après quelques années de travail, il plaça ses économies dans l’achat d’un petit camion pour fournir des services de fret. Plus tard, il fut embauché comme chauffeur chez un concessionnaire automobile. Il y resta jusqu'à sa retraite qu’il prit à l’âge de 61 ans et après 35 ans de bons et loyaux services.

Estevam et sa famille vécurent d’abord à Perdizes, région ouest de Sao Paulo. Après avoir épousé Maria Zvonik, il déménagea à Jabaquara, région sud de Sao Paulo, où sa famille vit toujours.

Estevam fut toujours très studieux. Malgré le manque de formation scolaire, il s’intéressa toujours beaucoup à la lecture. Ce dévouement lui valut ses connaissances notoires sur la radiesthésie, le cancer, l'organisme humain et sur la vie comme un tout.

Ses premières observations l’amenant à faire des recherches sur le cancer datent de 1948. Ce sont les petits faits du quotidien, insignifiants aux yeux des autres, qui éveillaient son intérêt. Il consacra plus d’une décennie de sa vie à la recherche sur le cancer, qu’il pratiquait le soir et jusque tard dans la nuit, après son activité professionnelle qu'il exerçait de l'aube à la tombée du jour. Ce fut une tâche longue et ardue jusqu’à ce qu’il consolide sa théorie sur l’origine de la maladie et développe la première formule pour la combattre.

Après avoir développé la première formule, il passa plusieurs années à partager son temps entre le travail, la famille, la recherche et le traitement des personnes malades. Lorsqu’il prit sa retraite en 1964, il put enfin consacrer le reste de sa vie à son travail sur le cancer.


Malheureusement, il mourut sans que son oeuvre n’atteigne son principal objectif : le don de ses recherches aux autorités compétentes afin d’en faire profiter tous ceux qui souffrent de cette terrible maladie dans le monde entier.

Estevam chercha à prouver scientifiquement la Méthode Kovacsik, prêt à se déplacer n’importe où pour la démontrer dans son intégralité, permettant le suivi permanent et l’analyse critique de ses méthodes et résultats. Estevam crut toujours que les personnes mieux préparées et disposant de meilleures ressources pourraient développer son traitement et l'universaliser, afin que tous les intéressés puissent en profiter.










guiMÉTHODE KOVACSIK

La Méthode Kovacsik fut développée par le scientifique autodidacte Estevam Kovacsik, en se basant sur une science qu’on appelle Radiesthésie, pour le traitement et la prévention du cancer. Ses recherches débutèrent en 1948 et aboutirent en 1954, lorsqu’il commença à soigner les personnes atteintes par la maladie. Il soignait d’abord les personnes avec une drogue, qui était administrée dans un certain nombre de doses et permettait d’obtenir un résultat en 21 jours. L’isolant utilisé pour protéger la personne malade contre l’origine de l’agent causant la maladie ne fut développé que quelques années plus tard, en 1964.

Avant 1964, il fallait examiner les locaux utilisés par la personne et indiquer un endroit, sans champ d’irradiation de veine d’eau contaminée, pour y placer le lit. Les mêmes précautions devaient être prises concernant le lieu de travail.

En 1979, suite à une interdiction légale, Estevam cessa les consultations pendant environ 3 ans, et consacra cette période à de nouvelles recherches. Lorsque celles-ci aboutirent, en 1982, il se mit à soigner les personnes, plus à l’aide d’une drogue, mais au moyen d’une pyramide en métal et d’un médaillon, également en métal, appelé accélérateur. La pyramide de type Kovacsik fut développée par le scientifique lui-même, ainsi que l’accélérateur, et son rôle consistait à éliminer la vie de l’agent causant la maladie. Avec l’utilisation de la pyramide, le traitement fut appliqué à des personnes à différents stades de la maladie.

Il recommandait toujours trois séances (la personne se couchait à l’intérieur de la pyramide et posait l’accélérateur à la hauteur de la poitrine en restant couchée pendant trente minutes), à une semaine d’intervalle. Après les trois premières minutes de la première séance, il n'y avait plus de radiation nocive dans l’organisme. Les autres séances étaient nécessaires pour fortifier l'organisme.

Dans les cas plus graves, d’autres séances pouvaient avoir lieu, jusqu’à ce qu'une évolution dans le processus de rétablissement de la personne survienne.

Enfin, vers 1986, Estevam développa le « U ». Un alliage métallique cylindrique en forme de fer à cheval, utilisé comme la pyramide.

Le « U » peut être utilisé en position assise ou couchée. Lorsque la personne est assise, il est placé sur son épaule gauche et en position couchée, sur le cœur.

Lors d’un cancer en phase avancée, les séances de pyramide ou « U » éliminent la vie de l’agent causant la maladie, mais la possibilité de rétablissement dépend à quel point les organes vitaux de l’organisme sont atteints par la maladie. Dans tous les cas, l’état de santé de la personne s’améliore. Dans les cas extrêmes, le bienfait obtenu est la diminution de la douleur.